Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 19:06
Salomé chez Vudhavi Karangal: deuxième !!

Salomé, étudiante à l'INSA de Toulouse, vient d'effectuer son deuxième séjour de volontaire chez VUDHAVI KARANGAL ! Une ancienne, en quelque sorte !! En effet, Salomé faisait partie du groupe 2015 de l'INSA de Toulouse *. Déjà, l'an dernier, elle avait prolongé son séjour d'une semaine, en renonçant, avec sa copine Camille, à se joindre aux autres étudiants partis faire du tourisme dans les états du sud. C'est dire que Salomé a attrapé le virus !!

Cette année elle a travaillé sur le chantier du YOUTH HOME, dans une équipe de 7 scouts originaires de Nancy.

* INSA Toulouse 2015: le récit de Camille et Salomé.

Et voici son récit 2016, un récit très vivant, jugez-en !

Une soirée avec mes Boys ! Ce jour là je suis arrivée vers 15h à l'orphelinat des garçons. Quelques uns étaient déjà là, et comme à chaque fois ils se sont précipités pour me serrer la main et me demander comment j'allais. Je vais toujours bien quand je suis là bas. Heureuse de les retrouver alors même que je les ai vus toute la journée de la veille. J'ai pris l'habitude de ne pas les déranger en arrivant, je m'assois sur les marches devant le réfectoire et j'attends. (J'adore ces marches, elles ont quelque chose que toutes les marches n'ont pas, n'est ce pas ? Allez savoir quoi !) Habituellement en 2 minutes à peine il y a forcément un garçon qui vient me demander de le suivre («Salomi follow me», c'est leur blague à eux) et je vais assister à un des cours des petits ou aider les grands dans la cuisine qui commencent déjà à préparer à manger pour le soir. Mais aujourd'hui rien de tel ; ce sont les surveillants (qui ne surveillaient rien du tout à ce moment là) qui m'ont appelée pour que je vienne écouter la radio avec eux. À chaque chanson j'avais le droit à la traduction des paroles. Je n'en ai compris aucune. Mais on a rigolé ! Au fur et à mesure tous les garçons sont rentrés. Arrive l'heure du goûter, puis des jeux dans la cour. Déjà lorsque j'étais avec le groupe de scouts, j'étais épuisée au bout de 10 min à courir partout et on était 8 à jouer avec eux. Là j'étais toute seule ! Une cinquantaine de p'tits bad boys qui courent partout et que tu dois attraper c'est pire que les JO de Rio. Mais pour eux on ferait n'importe quoi. Même la course à quatre pattes avec 35 degrés sur le thermomètre. Après ça, j'ai fait une petite pause tout de même. Les plus jeunes commencent leurs devoirs et je discute avec les plus grands. Cette année c'est encore mieux que l'an passé parce qu'ils ne sont plus du tout timides et ils me racontent volontiers leur journée. Plus tard les répétitions ont commencé. En ce moment ils préparent un spectacle pour fêter, le 15 août, l’Independance Day. Gros show en perspective (guirlandes à foison, jeux pour la journée, musiques, théâtre, danses de folie, pop corn, barbe à papa and Co pour le soir). Autant dire qu'il y a du boulot ! Et ce jour là justement, pendant les répétitions, j'ai découvert que c'étaient les plus grands (qui eux sont maintenant des Dancing Masters) qui inventent la chorégraphie et l'enseignent aux Moyens. C'était encore un moment incroyable. Au départ les grands sont entre eux et proposent différents mouvements pour faire la chorégraphie : c'est le bordel, ça parle de partout, ça propose des mouvements et surtout ça rigole ! Ils ont des fous rires dès qu'un de leur pote fait une proposition pourrie. Mais malgré ces rigolades ça avance vite ; en très peu de temps ils ont déjà la moitié de la chorée de prête. Et alors là, changement d'ambiance, il faut l'enseigner aux Moyens. Ils passent en mode Teacher et prennent leur rôle très au sérieux. Je revois encore Selvam, assis tel un King sur sa chaise en train de regarder si tout le monde y arrive. Et dès que la sonnette a retenti pour qu'on aille se mettre à table, son sourire a réapparu. C'est vraiment à voir ! La répétition de théâtre aussi est à voir. Je ne comprenais rien à la pièce mais je n’ai pas arrêté de rigoler ! On aurait dit le bêtisier d'un film. Ils enchaînaient les erreurs de dialogue et mettaient un temps fou à se reconcentrer pour au final se planter à nouveau. Autant dire que ce ne sont pas encore des Actor Masters. Mais vu leur capacité d'apprentissage je suis certaine qu'ils vont bientôt le devenir. Bref, après le manger la journée est loin d'être terminée pour les plus grands. Il y a encore des devoirs, un peu de musique à faire, toujours quelque chose à bouiner* dans l'atelier et même une surprise à préparer. Ce sont mes Big Boys qui m'ont montré la vidéo surprise qu'ils préparaient pour fêter le 25ème anniversaire de l’orphelinat. Ce n'était que le début mais déjà des larmes ont coulé sur mes joues encore rouges à cause des piments du dîner. Ils font ça pour remercier Alice et Maran, et c'est très émouvant de voir à quel point ils sont reconnaissants de tout ce qu'ils font pour eux. Il était déjà 22h30 quand justement ces derniers sont arrivés pour faire le point quotidien. Et c'est en me disant au revoir qu'un des garçons m'a dit qu'il ne voulait pas que je reparte en France. J'ai bien failli fondre en larmes devant lui... Le klaxon a retenti et on est partis. Comme quoi, rien qu'en passant une soirée avec eux on peut à la fois pleurer et se marrer ! Mais quoi qu'il en soit ce sont de merveilleux moments !

* traduction : bidouiller !

Salomé sur le chantier, puis avec les pensionnaires, le jour de la fête de l'Indépendance.
Salomé sur le chantier, puis avec les pensionnaires, le jour de la fête de l'Indépendance.
Salomé sur le chantier, puis avec les pensionnaires, le jour de la fête de l'Indépendance.
Salomé sur le chantier, puis avec les pensionnaires, le jour de la fête de l'Indépendance.
Salomé sur le chantier, puis avec les pensionnaires, le jour de la fête de l'Indépendance.
Salomé sur le chantier, puis avec les pensionnaires, le jour de la fête de l'Indépendance.

Salomé sur le chantier, puis avec les pensionnaires, le jour de la fête de l'Indépendance.

A gauche, préparation du spectacle. Au centre avec les scouts de Nancy. A droite tout le monde est honoré comme il se doit.A gauche, préparation du spectacle. Au centre avec les scouts de Nancy. A droite tout le monde est honoré comme il se doit.A gauche, préparation du spectacle. Au centre avec les scouts de Nancy. A droite tout le monde est honoré comme il se doit.

A gauche, préparation du spectacle. Au centre avec les scouts de Nancy. A droite tout le monde est honoré comme il se doit.

Partager cet article

Les Enfants des rues de Pondichéry
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 15:46

15 ans déjà !!!

En effet, notre association a été fondée en juillet 2001 !!

Pour fêter cet anniversaire, nous vous invitons à notre Soirée Indienne à PARIS

le SAMEDI 19 NOVEMBRE !!

Les réservations peuvent être également envoyées, avec chèque établi à l'ordre de l'association,  à notre adresse: 24 rue du Coteau - 92370 Chaville

Les réservations peuvent être également envoyées, avec chèque établi à l'ordre de l'association, à notre adresse: 24 rue du Coteau - 92370 Chaville

On parle de Srinwanti Chakrabarti sur le WEB:

- WIKIPEDIA

- FACEBOOK

Et aussi des vidéos !!

ICI ICI ICI

Et encore ICI

Une superbe fête indienne pour nos 15 ans !!
Une superbe fête indienne pour nos 15 ans !!
Une superbe fête indienne pour nos 15 ans !!
Une superbe fête indienne pour nos 15 ans !!

Partager cet article

Les Enfants des rues de Pondichéry
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 07:32
Le témoignage de Manon
Le témoignage de Manon

Je suis partie à Pondichéry pour deux semaines afin de découvrir ce pays et cette ville. Mais je suis aussi partie pour rencontrer Alice, Maran et tous les garçons et filles de Vudhavi Karangal.

Je ne fus pas absolument pas déçue de mon voyage. Arrivée le samedi de bonne heure, j’ai pu me rendre directement chez les garçons grâce à Aurélia, une étudiante volontaire, sur place depuis un mois. Tous m’ont accueillie comme une grande sœur et m’ont posé plein de questions. Après leur avoir dit que j’étais enseignante en France, un petit groupe de garçons m’ont montré leurs livres, leurs cahiers et leurs devoirs. C’était très intéressant de découvrir le fonctionnement éducatif en Inde, si différent du nôtre sur plusieurs points. Mais ce qui m’a le plus touchée, c’est que la langue n’a pas été une barrière. Quand nous ne pouvions pas nous faire comprendre, nous utilisions le dessin, le mime et autres subterfuges et cela fonctionnait très bien.

Puis direction la maison des filles, plus à l’écart de la ville, dans la campagne. L’accueil a été aussi bon et certaines filles m’ont tout de suite appelée sister ou aka (grande sœur en tamoul). Cette première journée, riche en informations et en émotions m’a permis de commencer ce voyage dans de très bonnes conditions. Et ce n’était que le début…

Le lendemain, avec Aurélia, nous avons été invitées à prendre le petit déjeuner chez Alice et Maran. Par la suite, je fus reçue chez eux toujours avec le sourire et avec une grande générosité.

Le programme de cette deuxième journée fut le même que la veille : le matin chez les garçons, puis le repas et l’après-midi chez les filles. Durant cette journée, j’ai été frappée par le nombre de cours dont les enfants bénéficient : cours de dessin, musique, anglais renforcé, peinture, yoga, danse… dont le cours de Bharatanatyam, la danse traditionnelle de l’Inde du Sud.

En France, j’ai la chance de pouvoir pratiquer cette danse, je connais donc les principes de cet art. De ce fait assister à un cours à Pondichéry avec des élèves doués a été un moment agréable. J’ai été invitée à essayer avec eux mais mon niveau est loin d’être le même que le leur ! J’ai été très contente de ce cours quoique difficile à suivre !!

Le deuxième weekend, Aurélia étant partie, je me suis rendue à Vudhavi Karangal avec Alice et Maran. Beaucoup de discussions et de questions de la part des plus grands et de la part des enseignants. Les garçons sont très intéressés par la culture et l’enseignement français. Ils aiment voir les points communs et les différences avec leur culture et leurs connaissances. Ils aiment aussi jouer et apprendre des jeux français (jeux de mains, jeux de société). Nous avons donc profité des deux matinées pour jouer ensemble. Chez les filles, un petit temps d’écriture s’est installé. Les filles de ma classe de cette année avaient écrit des lettres en anglais à leur intention. Ravies de pouvoir leur répondre, les plus grandes se sont installées avec une feuille et des crayons pour leur écrire et leur faire de très beaux dessins. Encore un week-end passé trop rapidement car très riche en interaction et échanges.

Le dernier week-end de mon séjour, j’ai rencontré un groupe de volontaires qui venait pour trois semaines. Nous nous sommes rendus chez les filles le samedi et chez les garçons le dimanche. Le dernier jour j’ai pu dire au revoir aux enfants, et bien sûr à tous les enseignants. Ce fut un moment éprouvant car en trois weekends, tant de choses se sont passées, des liens se sont crées.

Je remercie vraiment toutes les personnes qui m’ont aidée à partir et qui m’ont beaucoup apporté une fois là-bas : l’association Les Enfants des rues de Pondichéry, Alice et Maran, et Venkatesh, une personne de confiance que je recommande si voulez partir à Pondichéry et que vous avez besoin d’un chauffeur.

Maintenant que ce voyage est terminé, je n’attends qu’une chose : pouvoir y retourner pour les revoir et pour partager plein d’autres choses avec eux. Maintenant que je les connais et que je vois quels sont leurs centres d’intérêts, j’aimerais leur apprendre et leur faire découvrir la culture française par le biais de la langue, de la danse et pourquoi pas de la cuisine. C’est un projet qui m’intéresse et me permet de me projeter vers une nouvelle expérience.

Manon Thomas

Manon et Aurélia chez les garçons de Vudhavi KarangalManon et Aurélia chez les garçons de Vudhavi Karangal

Manon et Aurélia chez les garçons de Vudhavi Karangal

Manon à l'orphelinat de filles, habillée en sari (photo du milieu)Manon à l'orphelinat de filles, habillée en sari (photo du milieu)Manon à l'orphelinat de filles, habillée en sari (photo du milieu)

Manon à l'orphelinat de filles, habillée en sari (photo du milieu)

Partager cet article

Les Enfants des rues de Pondichéry
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 15:34

Du 24 au 26 juin, à Pondichéry, les visiteurs de l'exposition COLOURS SHINE FOR EVERYBODY ! au Centre d'Art et de Culture TASMAI, créé et dirigé par l'artiste Kirti Chandak ont pu admirer de belles toiles !

Ces peintures, au nombre de 19, ont été réalisées par les élèves fréquentant SATYA SPECIAL SCHOOL, au cours d'ateliers animés par l'artiste français Matthieu Charbonneau.

Vous pourrez consulter :

- sur TASMAI, une vidéo sur YouTube

- sur Matthieu Charbonneau, son site

Ci-dessus, article paru dans le quotidien THE HINDU

Colours shine for everybody ! : L'EXPO
Colours shine for everybody ! : L'EXPO
Colours shine for everybody ! : L'EXPO
Colours shine for everybody ! : L'EXPO
Colours shine for everybody ! : L'EXPO
Colours shine for everybody ! : L'EXPO
Colours shine for everybody ! : L'EXPO
Colours shine for everybody ! : L'EXPO
Colours shine for everybody ! : L'EXPO
Colours shine for everybody ! : L'EXPO
Colours shine for everybody ! : L'EXPO
Colours shine for everybody ! : L'EXPO
Colours shine for everybody ! : L'EXPO
Colours shine for everybody ! : L'EXPO
Colours shine for everybody ! : L'EXPO
Colours shine for everybody ! : L'EXPO
Colours shine for everybody ! : L'EXPO
Colours shine for everybody ! : L'EXPO
A gauche, Matthieu Charbonneau - A droite, l'arrivée des étudiants de SATYAA gauche, Matthieu Charbonneau - A droite, l'arrivée des étudiants de SATYA

A gauche, Matthieu Charbonneau - A droite, l'arrivée des étudiants de SATYA

A gauche, Kiri Chandak, artiste et fondatrice du centre TASMAI, exprime son admiration aux élèves... A droite, des membres du Board de Satya Special SchoolA gauche, Kiri Chandak, artiste et fondatrice du centre TASMAI, exprime son admiration aux élèves... A droite, des membres du Board de Satya Special School

A gauche, Kiri Chandak, artiste et fondatrice du centre TASMAI, exprime son admiration aux élèves... A droite, des membres du Board de Satya Special School

A gauche, un public nombreux est venu pour le vernissage. A droite, le rituel de l'inauguration.A gauche, un public nombreux est venu pour le vernissage. A droite, le rituel de l'inauguration.

A gauche, un public nombreux est venu pour le vernissage. A droite, le rituel de l'inauguration.

A gauche, les étudiants écoutent sagement les discours. A droite Mrs Chitra Shah, directrice de Satya Special School en compagnie de Matthieu CharbonneauA gauche, les étudiants écoutent sagement les discours. A droite Mrs Chitra Shah, directrice de Satya Special School en compagnie de Matthieu Charbonneau

A gauche, les étudiants écoutent sagement les discours. A droite Mrs Chitra Shah, directrice de Satya Special School en compagnie de Matthieu Charbonneau

A gauche, un pot est proposé... A droite, manifestation d'amitié entre l'artiste et ses élèves.A gauche, un pot est proposé... A droite, manifestation d'amitié entre l'artiste et ses élèves.

A gauche, un pot est proposé... A droite, manifestation d'amitié entre l'artiste et ses élèves.

A gauche, vue générale de l'exposition. A droite, des visiteurs...A gauche, vue générale de l'exposition. A droite, des visiteurs...

A gauche, vue générale de l'exposition. A droite, des visiteurs...

Partager cet article

Les Enfants des rues de Pondichéry
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 19:46

Nous avons le plaisir de reprendre un article paru en mai dernier dans "Solidarité des Hauts de Seine", publication de la fédération 92 du Secours Populaire français. Nous en profitons pour remercier chaleureusement ici le SPF des Hauts de Seine pour l'aide apportée à notre partenaire pondichérien VUDHAVI KARANGAL.

Un nouveau bus pour aller à l'école
Un nouveau bus pour aller à l'école
Un nouveau bus pour aller à l'école

Partager cet article

Les Enfants des rues de Pondichéry
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 07:03

Aujourd'hui, 21 juin, c'est la Journée Mondiale de Yoga, instituée par les Nations Unies par une résolution votée en décembre 2014.

Ce matin, à 5h30, et pendant une heure, les garçons de VUDHAVI KARANGAL ont célébré cette journée.

En voici les images prises par l'un des grands garçons.

Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal

Partager cet article

Les Enfants des rues de Pondichéry
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 03:57

Matthieu CHARBONNEAU, artiste peintre, conduit actuellement des ateliers avec les étudiants de SATYA SPECIAL SCHOOL et avec des Enfants de VUDHAVI KARANGAL.

Plusieurs articles parus il y a peu sur ce blog retracent cette belle et généreuse aventure:

17/06/2016 - Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !

27/05/2016 - Workshop d'un artiste peintre chez VUDHAVI KARANGAL

1/05/2016 - Workshop d'un artiste peintre chez SATYA SPECIAL SCHOOL

Matthieu organise prochainement une exposition des réalisations des enfants de SATYA SPECIAL SCHOOL chez TASMAÏ, un lieu culturel exceptionnel à Pondichéry fondé par l'artiste Kirty Chandak.

Ci-après l'invitation à cet évènement destiné à montrer que les enfants "handicapés" surclassent la plupart des enfants "normaux" dans l'expression artistique.

Colours shine for everybody !
Colours shine for everybody !

Partager cet article

Les Enfants des rues de Pondichéry
17 juin 2016 5 17 /06 /juin /2016 04:21

Matthieu Charbonneau a poursuivi l'animation de deux chantiers de peinture chez VUDHAVI KARANGAL.

Son récit :

Mi mai 2016, la chaleur, les élections politiques et les vacances ralentissent sévèrement les activités de Pondichéry. Mais avec les "Boys" de VUDHAVI KARANGAL nous continuons de créer sur deux Fronts.

PREMIER FRONT

La peinture des murs des escaliers est une Œuvre d’envergure.

C`est une fresque de 20 mètres.

Durant ce chantier il est possible de noter que le bestiaire de "L’industrie aux grandes oreilles noires" habite, pour ne pas dire envahit, l’esprit collectif des enfants, et même des plus grands.

Reconnaissant sa contribution majeure au progrès dans la technique de l’animation, il est tout de même clair qu’elle impose un formatage plus ou moins total des cerveaux.

Pour ne pas succomber au recopiage systématique de la Souris Yankee, nous discutons entre nous de la Nature, de la Vie et de nos Rêves…

Je dessine parfois au préalable des formes simples et demande aux garçons de les colorier.

Il est important de les garder tous occupés, sans interruption.

Le Travail Final sera un planisphère géant qui nous situe l’Inde parmi les nations du globe.

Une représentation cartographique est nécessaire.

Elle répond à l’envie d’apprendre chez ces jeunes.

Ils grandissent dans une époque de communication internationale, rapide et pas forcement contrôlée.

Ils me demandent d’où je viens et me parlent des grandes capitales du Monde.

Certains me content leur Pays d’autres me rappellent l’Histoire de ce Monde.

Les Personnages récurrents sont Alexandre le Grand, Chanakya ou Hitler (!).

Leur mémoire me souffle et m’incite à la relecture des livres d’histoire.

Sans l’ombre d’un doute la Géographie est indéniablement un bon moyen éducatif basé sur la curiosité.

TRANSLATION

Mid May 2016 : the heat, the public elections, and the holidays strongly slow down the activities in Pondichery. But with the VUDHAVI KARANGAL “Boys”, we keep on creating on two battle-sides.

FIRST FRONT

The staircase painting is a Masterpiece.

It is a 20 meters mural.

During this workshop, it was possible to note that the world of the “Industry with the big black ears” inhabits, to not say invades, the mutual imagination of the children (and even of the adults).

I do not refute its major contribution toward progress in animation technic, but it is a clear fact that it frames the brain to various extends.

To not surrender to the systematic redrawing of the “Yankee Mouse”, we discuss together of the Wilderness, of the Life, of our Dreams…

I sometimes draw beforehand simple shapes, and ask then the boys to colour them.

It is important to keep them all busy, without interruptions.

The Final Work is a giant world map, which shows us India surrounded by the nations of the globe.

A map representation is necessary.

It answers to the children’s thirst for learning.

They grow up in an international communication era, fast and not always controlled.

They ask me where I come from, and talk to me about the great capitals of the World.

Some boys tell me stories of their home States, other remind me about the World History.

The recurring personae are Alexander the Great, Chanakya, or Adolph Hitler (!).

Their talent for remembering astonishes me and pushes me to reread history books.

Without any doubts, Geography is undeniably a good path to education, based on curiosity.

Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !

DEUXIÈME FRONT

Dans la classe de peinture nous en sommes au stade de l’étude, à la recherche de nos sujets.

Hier les groupes travaillaient en binôme.

Tout le monde communique et échange.

Les toiles emmagasinent une énergie positive certaine.

Translation

SECOND FRONT

In painting class, we are studying, researching our subjects.

Yesterday, the groups were working by pairs.

Everybody communicates and interacts.

The paintings are charged of a sure, positive energy.

Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !

Partager cet article

Les Enfants des rues de Pondichéry
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 08:57

Il s'agit d'un article écrit il y a quelques années par Françoise Simonnot-Lion, article que nous publions avec émotion: VAZIR vient de nous quitter...

Une matinée chez VAZIR
Une matinée chez VAZIR

Partager cet article

Les Enfants des rues de Pondichéry
29 mai 2016 7 29 /05 /mai /2016 07:36
Mon expérience chez SATYA SPECIAL SCHOOL

.

"J'ai vécu une superbe expérience auprès des professionnels et des enfants..."

.

Un beau témoignage de Coralie Mével qui vient d'effectuer un séjour de volontariat de plusieurs semaines chez SATYA SPECIAL SCHOOL, en tant qu'orthophoniste.

Voici son récit:

Mon expérience à Satya Special School a commencé fin mars 2016 par une semaine d'observation des activités et des soins proposés aux enfants dans deux bâtiments: le Main building ou bâtiment principal et le Multiple Disabilities building. A la suite de cette découverte du fonctionnement de l'école, j'ai pu intervenir un mois et demi en tant qu'orthophoniste bénévole auprès des enfants et des professionnels.

Satya Special School accueille aussi bien des enfants ayant un handicap physique ou mental pour leur proposer une éducation et des soins adaptés. Les classes à petits effectifs sont constituées en fonction de l'âge des enfants. Ceux-ci présentent des handicaps très variés : Trisomie 21, infirmité motrice cérébrale, autisme, retard global de développement, surdité, polyhandicaps...

Chaque éducatrice gère sa classe souvent aidée d'une helper. Les plus petits viennent accompagnés de leur mère. Les enfants bénéficient de séances individuelles en orthophonie ( il y a un orthophoniste au minimum dans chaque centre ), en sensory integration ou en kinésithérapie. Des activités comme le chant, la danse ou les arts plastiques leur sont aussi proposées en grands groupes ou dans leur classe.

En tant qu'orthophoniste, j'ai pu proposer des sessions de groupe de 30 à 45 minutes dans les classes. Nous avons travaillé sur le souffle, les praxies (mouvements pour solliciter les organes en jeu dans la parole), la discrimination auditive et la différenciation entre les sons courts et longs, forts et faibles, aigus et graves. Le rythme, la production de mots et leur prononciation étaient aussi au programme à l'aide des gestes de la Dynamique Naturelle de la Parole.

Chaque séance était l'occasion d'un échange avec les professionnels, qu'il s'agisse d'expliquer l'utilité des exercices proposés ou d'échanger sur les difficultés et les réussites des enfants. Le but premier était de permettre un lien entre leur pratique quotidienne et les séances d'orthophonie proposées. L'échange s'est aussi révélé culturel : nos points communs et nos différences étaient autant de possibilités d'apprendre de l'autre et de s'ouvrir à la différence.

Ce que je retiens de cette expérience, c'est avant tout l'accueil chaleureux des professionnels et des familles, leur soutien et leur bienveillance. Bien sûr, il y a aussi la découverte de la culture tamoule et des multiples façons de communiquer quand on ne parle pas (ou peu) la langue... Mais il y aurait tant à dire là-dessus! Personnellement, Satya Special School m'a permis de construire et de partager des activités en lien avec les handicaps présentés tout en mettant en valeur les réussites des enfants.

Je remercie Michel Berthet pour sa mise en relation avec cette école dont l'action mérite grandement d'être encouragée! Je tiens à remercier tout particulièrement Judykaël et Swati pour leur soutien et leur présence. Un grand merci aux professionnels de l'école en général et à toutes les éducatrices pour leur accueil et leur confiance. Je n'oublie pas les enfants et leurs parents pour qui j'ai beaucoup de reconnaissance.

Coralie Mével

Mon expérience chez SATYA SPECIAL SCHOOL
Mon expérience chez SATYA SPECIAL SCHOOL
Mon expérience chez SATYA SPECIAL SCHOOL

Partager cet article

Les Enfants des rues de Pondichéry