Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 07:03

Aujourd'hui, 21 juin, c'est la Journée Mondiale de Yoga, instituée par les Nations Unies par une résolution votée en décembre 2014.

Ce matin, à 5h30, et pendant une heure, les garçons de VUDHAVI KARANGAL ont célébré cette journée.

En voici les images prises par l'un des grands garçons.

Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal
Journée mondiale de YOGA fêtée chez Vudhavi Karangal

Partager cet article

Les Enfants des rues de Pondichéry
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 03:57

Matthieu CHARBONNEAU, artiste peintre, conduit actuellement des ateliers avec les étudiants de SATYA SPECIAL SCHOOL et avec des Enfants de VUDHAVI KARANGAL.

Plusieurs articles parus il y a peu sur ce blog retracent cette belle et généreuse aventure:

17/06/2016 - Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !

27/05/2016 - Workshop d'un artiste peintre chez VUDHAVI KARANGAL

1/05/2016 - Workshop d'un artiste peintre chez SATYA SPECIAL SCHOOL

Matthieu organise prochainement une exposition des réalisations des enfants de SATYA SPECIAL SCHOOL chez TASMAÏ, un lieu culturel exceptionnel à Pondichéry fondé par l'artiste Kirty Chandak.

Ci-après l'invitation à cet évènement destiné à montrer que les enfants "handicapés" surclassent la plupart des enfants "normaux" dans l'expression artistique.

Colours shine for everybody !
Colours shine for everybody !

Partager cet article

Les Enfants des rues de Pondichéry
17 juin 2016 5 17 /06 /juin /2016 04:21

Matthieu Charbonneau a poursuivi l'animation de deux chantiers de peinture chez VUDHAVI KARANGAL.

Son récit :

Mi mai 2016, la chaleur, les élections politiques et les vacances ralentissent sévèrement les activités de Pondichéry. Mais avec les "Boys" de VUDHAVI KARANGAL nous continuons de créer sur deux Fronts.

PREMIER FRONT

La peinture des murs des escaliers est une Œuvre d’envergure.

C`est une fresque de 20 mètres.

Durant ce chantier il est possible de noter que le bestiaire de "L’industrie aux grandes oreilles noires" habite, pour ne pas dire envahit, l’esprit collectif des enfants, et même des plus grands.

Reconnaissant sa contribution majeure au progrès dans la technique de l’animation, il est tout de même clair qu’elle impose un formatage plus ou moins total des cerveaux.

Pour ne pas succomber au recopiage systématique de la Souris Yankee, nous discutons entre nous de la Nature, de la Vie et de nos Rêves…

Je dessine parfois au préalable des formes simples et demande aux garçons de les colorier.

Il est important de les garder tous occupés, sans interruption.

Le Travail Final sera un planisphère géant qui nous situe l’Inde parmi les nations du globe.

Une représentation cartographique est nécessaire.

Elle répond à l’envie d’apprendre chez ces jeunes.

Ils grandissent dans une époque de communication internationale, rapide et pas forcement contrôlée.

Ils me demandent d’où je viens et me parlent des grandes capitales du Monde.

Certains me content leur Pays d’autres me rappellent l’Histoire de ce Monde.

Les Personnages récurrents sont Alexandre le Grand, Chanakya ou Hitler (!).

Leur mémoire me souffle et m’incite à la relecture des livres d’histoire.

Sans l’ombre d’un doute la Géographie est indéniablement un bon moyen éducatif basé sur la curiosité.

TRANSLATION

Mid May 2016 : the heat, the public elections, and the holidays strongly slow down the activities in Pondichery. But with the VUDHAVI KARANGAL “Boys”, we keep on creating on two battle-sides.

FIRST FRONT

The staircase painting is a Masterpiece.

It is a 20 meters mural.

During this workshop, it was possible to note that the world of the “Industry with the big black ears” inhabits, to not say invades, the mutual imagination of the children (and even of the adults).

I do not refute its major contribution toward progress in animation technic, but it is a clear fact that it frames the brain to various extends.

To not surrender to the systematic redrawing of the “Yankee Mouse”, we discuss together of the Wilderness, of the Life, of our Dreams…

I sometimes draw beforehand simple shapes, and ask then the boys to colour them.

It is important to keep them all busy, without interruptions.

The Final Work is a giant world map, which shows us India surrounded by the nations of the globe.

A map representation is necessary.

It answers to the children’s thirst for learning.

They grow up in an international communication era, fast and not always controlled.

They ask me where I come from, and talk to me about the great capitals of the World.

Some boys tell me stories of their home States, other remind me about the World History.

The recurring personae are Alexander the Great, Chanakya, or Adolph Hitler (!).

Their talent for remembering astonishes me and pushes me to reread history books.

Without any doubts, Geography is undeniably a good path to education, based on curiosity.

Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !

DEUXIÈME FRONT

Dans la classe de peinture nous en sommes au stade de l’étude, à la recherche de nos sujets.

Hier les groupes travaillaient en binôme.

Tout le monde communique et échange.

Les toiles emmagasinent une énergie positive certaine.

Translation

SECOND FRONT

In painting class, we are studying, researching our subjects.

Yesterday, the groups were working by pairs.

Everybody communicates and interacts.

The paintings are charged of a sure, positive energy.

Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !
Matthieu Charbonneau chez Vudhavi Karangal: suite !

Partager cet article

Les Enfants des rues de Pondichéry
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 08:57

Il s'agit d'un article écrit il y a quelques années par Françoise Simonnot-Lion, article que nous publions avec émotion: VAZIR vient de nous quitter...

Une matinée chez VAZIR
Une matinée chez VAZIR

Partager cet article

Les Enfants des rues de Pondichéry
29 mai 2016 7 29 /05 /mai /2016 07:36
Mon expérience chez SATYA SPECIAL SCHOOL

.

"J'ai vécu une superbe expérience auprès des professionnels et des enfants..."

.

Un beau témoignage de Coralie Mével qui vient d'effectuer un séjour de volontariat de plusieurs semaines chez SATYA SPECIAL SCHOOL, en tant qu'orthophoniste.

Voici son récit:

Mon expérience à Satya Special School a commencé fin mars 2016 par une semaine d'observation des activités et des soins proposés aux enfants dans deux bâtiments: le Main building ou bâtiment principal et le Multiple Disabilities building. A la suite de cette découverte du fonctionnement de l'école, j'ai pu intervenir un mois et demi en tant qu'orthophoniste bénévole auprès des enfants et des professionnels.

Satya Special School accueille aussi bien des enfants ayant un handicap physique ou mental pour leur proposer une éducation et des soins adaptés. Les classes à petits effectifs sont constituées en fonction de l'âge des enfants. Ceux-ci présentent des handicaps très variés : Trisomie 21, infirmité motrice cérébrale, autisme, retard global de développement, surdité, polyhandicaps...

Chaque éducatrice gère sa classe souvent aidée d'une helper. Les plus petits viennent accompagnés de leur mère. Les enfants bénéficient de séances individuelles en orthophonie ( il y a un orthophoniste au minimum dans chaque centre ), en sensory integration ou en kinésithérapie. Des activités comme le chant, la danse ou les arts plastiques leur sont aussi proposées en grands groupes ou dans leur classe.

En tant qu'orthophoniste, j'ai pu proposer des sessions de groupe de 30 à 45 minutes dans les classes. Nous avons travaillé sur le souffle, les praxies (mouvements pour solliciter les organes en jeu dans la parole), la discrimination auditive et la différenciation entre les sons courts et longs, forts et faibles, aigus et graves. Le rythme, la production de mots et leur prononciation étaient aussi au programme à l'aide des gestes de la Dynamique Naturelle de la Parole.

Chaque séance était l'occasion d'un échange avec les professionnels, qu'il s'agisse d'expliquer l'utilité des exercices proposés ou d'échanger sur les difficultés et les réussites des enfants. Le but premier était de permettre un lien entre leur pratique quotidienne et les séances d'orthophonie proposées. L'échange s'est aussi révélé culturel : nos points communs et nos différences étaient autant de possibilités d'apprendre de l'autre et de s'ouvrir à la différence.

Ce que je retiens de cette expérience, c'est avant tout l'accueil chaleureux des professionnels et des familles, leur soutien et leur bienveillance. Bien sûr, il y a aussi la découverte de la culture tamoule et des multiples façons de communiquer quand on ne parle pas (ou peu) la langue... Mais il y aurait tant à dire là-dessus! Personnellement, Satya Special School m'a permis de construire et de partager des activités en lien avec les handicaps présentés tout en mettant en valeur les réussites des enfants.

Je remercie Michel Berthet pour sa mise en relation avec cette école dont l'action mérite grandement d'être encouragée! Je tiens à remercier tout particulièrement Judykaël et Swati pour leur soutien et leur présence. Un grand merci aux professionnels de l'école en général et à toutes les éducatrices pour leur accueil et leur confiance. Je n'oublie pas les enfants et leurs parents pour qui j'ai beaucoup de reconnaissance.

Coralie Mével

Mon expérience chez SATYA SPECIAL SCHOOL
Mon expérience chez SATYA SPECIAL SCHOOL
Mon expérience chez SATYA SPECIAL SCHOOL

Partager cet article

Les Enfants des rues de Pondichéry
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 08:23

Matthieu Charbonneau, jeune artiste peintre en séjour à Pondichéry, conduit actuellement des workshops chez VUDHAVI KARANGAL, profitant des grandes vacances des 220 garçons et filles élevés dans cet exceptionnel endroit.

Voici son récit:

Alice a constitué un groupe de garçons particulièrement intéressés par le dessin et la peinture.

Mon mois de Mai sera donc consacré à eux.

Nous avons deux projets créatifs:

- Le premier est la réalisation d'une fresque décorative dans les escaliers du bâtiment principal.

Le thème est libre et les choix des enfants sont colorés.

Nous avançons lentement mais sûrement.

Workshop d'un artiste peintre chez VUDHAVI KARANGALWorkshop d'un artiste peintre chez VUDHAVI KARANGAL
Workshop d'un artiste peintre chez VUDHAVI KARANGALWorkshop d'un artiste peintre chez VUDHAVI KARANGALWorkshop d'un artiste peintre chez VUDHAVI KARANGAL

- Le deuxième projet est une classe sur la libération de leur créativité et de leur imagination. Dans cet atelier nous allons peindre de véritables tableaux et explorer les envies artistiques de chacun en partageant les goûts et les couleurs.

Ils ont un potentiel génial mais encore bridé par la copie.

Je vais tâcher de les inviter à avoir confiance en leur talent prometteur.

Et pendant ce temps le nouveau building Vudhavi Karangal, le YOUTH HOME pousse solidement et la ville refait les routes du quartier autour de l'orphelinat.

A suivre !

Matthieu Charbonneau

A gauche: la rue qui mène à l'orphelinat est maintenant revêtue... A droite: le Youth Home en constructionA gauche: la rue qui mène à l'orphelinat est maintenant revêtue... A droite: le Youth Home en construction

A gauche: la rue qui mène à l'orphelinat est maintenant revêtue... A droite: le Youth Home en construction

Partager cet article

Les Enfants des rues de Pondichéry
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 10:40

Chut, personne ne devait savoir que les garçons et les filles de l'orphelinat réservaient une sacrée surprise pour Alice : les 25 ans de Vudhavi Karangal coïncidaient avec l'anniversaire d'Alice, et il fallait fêter dignement ce double évènement...

Soir après soir, nous avons assisté aux répétitions et suivi les progrès des filles, rieuses, joyeuses, heureuses de s'adonner à l'une de leurs activités favorites: la danse!

Maran – le mari d'Alice – en maître de danse, montre les gestes, les rectifie - je participe (en coulisses) - ce sont de grandes rigolades et tout ceci se fait bien entendu après les devoirs de classe!

Grandes ou petites, elles évoluent avec grâce, l'expression corporelle faisant partie de leur éducation, de même que la musique.

Et en rentrant le soir sur Pondichéry, nous fredonnions encore l'une des chansons tant cette mélopée lancinante nous avait marqués.

Enfin le Grand Jour arriva… et ce fut un triomphe!

Imaginez 220 enfants criant et acclamant de joie leur "maman et leur "papa"! Quelle famille ne rêverait d'un pareil moment. L'atmosphère était celle d'un concert de rock, les acclamations fusant à chaque fois qu'un nouveau groupe de danseurs ou danseuses apparaissait sur scène, et de toute évidence, certains d'entre eux ont déjà un talent, une classe et une aisance qui nous ont bluffés.

A l'entracte, les enfants ont apporté un immense gâteau d'anniversaire qu'Alice et Maran ont entamé pour s'échanger un morceau, et la distribution générale a commencé sous les vivats.

Et après le spectacle, c'est le biryani cuisiné (pour 300 personnes!) par les garçons sous la houlette des grands qui a été servi!

Au-delà des talents et de l'expression artistique révélés par ce spectacle, nous avons été impressionnés par la maîtrise de la logistique, assurée en grande partie par les grands garçons et la débrouillardise de ces enfants.

En l'espace de quelques heures, le grand hall abritant plusieurs salles de classe a été converti en une salle de spectacle avec décors, sonorisation, éclairage de scène. Et le lendemain, tout était de nouveau remis en place, propre, rangé, les accessoires et décors stockés à l'emplacement dédié.

Je crois que plus d'une famille rêverait d'avoir une équipe aussi bien rôdée pour organiser un tel évènement - une immense et chaleureuse fête de famille!

Gaby et Pierre Pfeiffer – EDRP Alsace

Dimanche 28 février 2016 : une "teuf" d'enfer chez VK!
Dimanche 28 février 2016 : une "teuf" d'enfer chez VK!Dimanche 28 février 2016 : une "teuf" d'enfer chez VK!
Dimanche 28 février 2016 : une "teuf" d'enfer chez VK!Dimanche 28 février 2016 : une "teuf" d'enfer chez VK!

Partager cet article

Les Enfants des rues de Pondichéry
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 09:11

À Vudhavi Karangal, les fêtes organisées pour Noël, le nouvel an (en particulier pour le nouvel an Tamoul) ou les anniversaires sont des moments d’exception, des parenthèses dans la vie très réglée des enfants qui s’étirent parfois très tard dans la soirée et voient se succéder jeux, concerts, saynètes, distributions de bonbons et de jus de fruits… C’est aussi l’occasion de réunir toute la « V K Family ». Seule la maison des garçons, avec sa grande cour et son préau modulable, possède des infrastructures permettant d’accueillir quelque 270 personnes : les 140 garçons, les 80 filles venues en mini van de leur maison, le personnel d’encadrement, les « anciens » de l’orphelinat avec leurs conjoints et leurs enfants, les proches d’Alice et Maran, quelques « VIP » indiens et français…

La fête à l'orphelinat VUDHAVI KARANGAL !!!

Les enfants ont pris place sous le préau, transformé pour l’occasion en salle de spectacle. Un lieu qui n’a pas grand-chose à envier aux « salles polyvalentes » sophistiquées de nos espaces culturels : on range le long des murs les cloisons-bibliothèques qui divisent en temps normal l’espace du préau en plusieurs petites salles pour le travail scolaire du soir, on aligne les bancs sur deux rangs, face à la partie surélevée du fond, qui sert de scène ; derrière, l’atelier métal-électricité des plus grands devient loges d’artistes et coulisses. Une tringle avec de grands rideaux qui coulissent, des spots colorés, une sono (puissante, la sono…), et l’affaire est faite.

La fête à l'orphelinat VUDHAVI KARANGAL !!!

Les enfants – et les adultes ! – l’attendaient impatiemment : Alice arrive enfin, accueillie par une fanfare appliquée aux couacs émouvants. L’âge d’Alice ? Secret ; on dira seulement qu’elle a déjà consacré au projet Vudhavi Karangal plus de la moitié de sa vie.

La fête à l'orphelinat VUDHAVI KARANGAL !!!

Tout sourire, Alice traverse le préau ; chacun des enfants lui remet un petit cadeau soigneusement emballé, un dessin ou une fleur : elle arrivera sur la scène les bras chargés de bouquets et de paquets enrubannés de toutes les couleurs. Elle a dédié son « discours », en tamoul et en anglais, à la mémoire de sa mère disparue l’an dernier. Plus d’un enfant a écrasé une larme, Alice elle-même avait parfois la voix brisée. Elle a retrouvé tout son allant, son rire si particulier, son appétit de vivre et de donner, pour conclure : « Je suis la mère de famille la plus heureuse du monde, et celle qui a le plus d’enfants. » Ovation.

La fête à l'orphelinat VUDHAVI KARANGAL !!!

Non, ce n’est pas la scène qui penche, c’est juste qu’il est assez compliqué, finalement, de prendre des photos par-dessus des dizaines de petites têtes brunes, ou des portables brandis très haut… Outre les distributions de jus de fruit, de bonbons et de popcorns, et un dîner particulièrement soigné, les fêtes de Vudhavi Karangal voient se succéder de nombreux petits spectacles de danse, de chant ou de théâtre. Ici, quatre jeunes filles de l’« Observation Home » interprètent en chœur une chanson traditionnelle.

La fête à l'orphelinat VUDHAVI KARANGAL !!!

Les garçons avaient préparé plusieurs petits spectacles dansés. Pour celui-ci, qui parodiait apparemment une danse villageoise traditionnelle, certains s’étaient affublés de saris bricolés et de longues perruques noires. La grâce et la féminité n’étaient pas vraiment au rendez-vous, mais le second degré et la bonne humeur, oui : les enfants, qui comprenaient de quoi il était question, riaient tous à gorge déployée, mais les adultes aussi – et même ceux qui ne connaissent que deux mots de tamoul…

La fête à l'orphelinat VUDHAVI KARANGAL !!!

L’une des jeunes filles vient lire un petit texte où elle remercie Alice de son action et de sa générosité. Dans la grande tradition des « compliments » de la Fête des mères de notre enfance…

La fête à l'orphelinat VUDHAVI KARANGAL !!!

Si les filles, petites ou grandes, se sont montrées fidèles aux chansons, aux chorégraphies et aux costumes traditionnels, avec notamment de très jolies démonstrations de bharatanatyam, les garçons ont préféré reprendre en play-back des clips de chanteurs tamouls actuels. Des succès planétaires, apparemment, à en juger par les applaudissements frénétiques et les rires des garçons, et les hurlements suraigus des jeunes filles !

La fête à l'orphelinat VUDHAVI KARANGAL !!!

Le gâteau : 80 centimètres de long, 60 centimètres de large ; génoise, crème au beurre et roses en sucre… et surtout la très belle dédicace de la « V K Family »…

La fête à l'orphelinat VUDHAVI KARANGAL !!!

Maran ont entamé ensemble le gâteau d’anniversaire ; Maran en offre la première bouchée à Alice. Deux minutes plus tard, pffuit !, plus de gâteau : il aura complètement disparu, débité en petits cubes et distribué aux enfants.

Philippe Rollet

Partager cet article

Les Enfants des rues de Pondichéry
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 11:10
Anthony Samy aujourd'hui et en 2005.Anthony Samy aujourd'hui et en 2005.

Anthony Samy aujourd'hui et en 2005.

ANTHONY SAMY est né il y a tout juste 26 ans à Pondichéry dans l’hôpital des Sœurs de Cluny, alors que la famille est originaire de VADALORE, un village situé à 21 km de Cuddalore donc à 45 km au sud de Pondy.

Ses parents travaillaient à l'époque à Pondichéry. Sa famille est chrétienne pentecôtiste, une mère à la maison. Le père décède alors que Anthony Samy n’a que quelques années. Pas de frère ni de sœur. La mère d’Anthony Samy place l’enfant chez VUDHAVI KARANGAL. Il a 5 ans.

Un cas caractéristique : une famille pauvre quitte son village et se coupe de ses racines. Survient un malheur, le parent survivant n’a pas les moyens de subvenir aux besoins de l’enfant. Il est obligé de l’abandonner…

Interview d’Anthony Samy

Anthony Samy se souvient de cet abandon, comme si c’était hier : il était terrifié, en larmes, bien sûr.

Il raconte combien sa mère lui a manqué à cette époque.

Trois ans plus tard, il quittera VUDHAVI KARANGAL pour retrouver sa mère, qui entre temps avait déménagé pour Villianour où elle avait obtenu un travail.

Mais il a la nostalgie de VUDHAVI KARANGAL, il insiste auprès de sa mère pour revenir chez Alice et donc, deux ans plus tard, il retrouve ses « frères » !

Il entre alors en 6th Std et poursuit normalement sa scolarité pour intégrer un ITI (institut de technologie) à Cuddalore et en ressort avec un diplôme d’opérateur-régleur sur machine-outil.

Il commence à travailler à Bengalore dans un atelier employant 7 personnes ; mais il quitte après seulement un mois, pour trois raisons : a) tous les employés sont logés dans la même maison et ce n’est pas très sympa b) le climat est trop froid ( ! ) c) l’entreprise est fragile.

Il est embauché alors en septembre 2012 par CRYOLOR ASIA-PACIFIC, filiale de l’AIR LIQUIDE, où travaillent déjà plusieurs de ses « frères » de VUDHAVI KARANGAL, en tant qu’assistant du Chef magasinier.

Anthony Samy vient très souvent à Pondichéry pour rendre visite à Alice, Maran, retrouver ses « frères » et aussi sa mère.

Il a un bon salaire qui lui permet de faire des économies, placées à la banque.

Il a le projet de fonder une famille et avoir un ou deux enfants, pas plus, car il faut de l’argent pour pouvoir élever correctement les enfants. Il se sent responsable.

Il compte sur Alice pour choisir sa future femme…

Il aimerait bien se marier cette année ou l’an prochain.

Quelques commentaires d’Alice :

Anthony Samy est bon dans la pratique artistique, en particulier pour la VEENA et le synthétiseur.

Un très bon garçon, sérieux, qu’elle apprécie beaucoup.

Anthony Samy a bien entendu une page sur FACEBOOK. Nous avons récupéré des photos de cette page que nous présentons ci-dessous.

L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal
L'anniversaire de Anthony Samy, un ancien de Vudhavi Karangal

Partager cet article

Les Enfants des rues de Pondichéry
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 15:02

L'orphelinat Vudhavi Karangal vient de fêter ses 25 ans d'existence. A l'époque, Alice avait recueilli 5 garçons, et au fil des années, "ses" garçons, comme elle dit, sont devenus de plus en plus nombreux, et aujourd'hui, nous avons 120 garçons de tous les âges. Mais ce qu'il faut retenir et ce qui est beau, c'est de voir ces grands, une fois devenus indépendants et intégrés dans la vie professionnelle, créer eux-mêmes une famille, et revenir avec épouse et enfants pour rendre visite à "leurs parents".

Et nous avons assisté année après année à ces visites et pu voir la joie et ce sentiment de bonheur sur les visages d'Alice et de Maran d'avoir réussi la mission qu'ils s'étaient fixée!

Embrassades et rires résonnent encore dans nos oreilles….

Et c'est avec beaucoup d'admiration que nous partageons et ressentons cet esprit de FAMILLE qui règne et consolide les liens entre les enfants et "leurs parents".

Grâce à celui-ci, une belle stabilité et joie de vivre accompagneront ces enfants dans leur vie d'adulte!

MERCI à ALICE et MARAN

Gaby + Pierre Pfeiffer – EDRP ALSACE - Mars 2016

CI-APRES QUELQUES PHOTOS PRISES A L'OCCASION DES DERNIÈRES FÊTES DE NOËL, JOUR DE L'AN ET DE PONGAL POUR ILLUSTRER L'ATTACHEMENT DES ANCIENS PENSIONNAIRES A LA "FAMILLE VUDHAVI KARANGAL".

De gauche à droite, Anthony Samy, Sabiran et Gnanaprakash, en visite chez Alice. Ils ont quitté VK respectivement depuis 4, 6 et 6 ans.

De gauche à droite, Anthony Samy, Sabiran et Gnanaprakash, en visite chez Alice. Ils ont quitté VK respectivement depuis 4, 6 et 6 ans.

Cérémonie à l'occasion du 7ème mois de grossesse de l'épouse d'Anand (il a quitté VK depuis près de 10 ans). A droite deux autres anciens pensionnaires.

Cérémonie à l'occasion du 7ème mois de grossesse de l'épouse d'Anand (il a quitté VK depuis près de 10 ans). A droite deux autres anciens pensionnaires.

L'épouse de Vadivelu rend visite à Alice, avec son bébé. Vadivelu a quitté il y a 2 ans après un séjour de 19 ans...

L'épouse de Vadivelu rend visite à Alice, avec son bébé. Vadivelu a quitté il y a 2 ans après un séjour de 19 ans...

Kumaravel, 14 ans de séjour chez VK, rend visite à Alice.

Kumaravel, 14 ans de séjour chez VK, rend visite à Alice.

3 jeunes femmes, élevées par Alice, viennent souhaiter la bonne année à Alice, accompagnées de leurs enfants.

3 jeunes femmes, élevées par Alice, viennent souhaiter la bonne année à Alice, accompagnées de leurs enfants.

De gauche à droite, Velumani encore pensionnaire, et 3 anciens, Anthoni Samy (Technicien supérieur), Kandane (Infirmier) et Vadivelu (Ingénieur civil), photographiés devant le School Bus de Vudhavi Karangal. Le bus a été cofinancé par le ROTARY CLUB International et par nous.

De gauche à droite, Velumani encore pensionnaire, et 3 anciens, Anthoni Samy (Technicien supérieur), Kandane (Infirmier) et Vadivelu (Ingénieur civil), photographiés devant le School Bus de Vudhavi Karangal. Le bus a été cofinancé par le ROTARY CLUB International et par nous.

Partager cet article

Les Enfants des rues de Pondichéry