Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 15:00
PROJET MEL’INDIA MEL’ARTE chez VUDHAVI KARANGAL

Création artistique BLOOMING

Du 25 Mai au 6 Juillet 2015

Le projet Mel’India Mel’Arte est de contribuer, au sein de l’orphelinat de Vudhavi Karangal à Pondichéry, à la création d’un espace de dialogue interculturel de partage et d’apprentissage basé sur la pratique artistique.

En introduction…

A l’origine de ce projet deux amis de longue date, d’origine française, partis depuis quelques années aux « Quatre coins du Monde » : Antoine, 28 ans, résident en Australie et Séverine, 29 ans, résidente au Maroc. Des amis animés par les mêmes passions, le voyage et l’art, et qui souhaitaient se retrouver à un endroit du monde pour partager leurs passions.

Une idée émerge : se rejoindre en Inde.

Un souvenir revient : l’expérience vécue par Séverine et Caroline, il y a 6 ans, avec les enfants de VK (Vudhavi Karangal)

(Pour revivre cette expérience, une page de notre blog ICI)

Un projet s’ébauche : proposer à VK d’animer un atelier avec les enfants artistes dans le but de créer un évènement artistique.

L’équipe s’agrandit : deux autres artistes, Matthieu et Laure, sont tentés par l’aventure.

Au delà de cette idée, aucune échéance véritable, rien de concret, si ce n’est de réaliser ce projet pendant la période des vacances scolaires des enfants, c’est à dire d’avril à juin 2015.

L’arrivée en Inde

En fait, avant notre départ pour l’Inde, rien en réalité n’était engagé ; nous n’avions pas communiqué d’une manière concrète avec la direction de VK et nous n’étions pas sûrs que notre projet soit accepté. Par ailleurs, nous avons dû faire face à des imprévus et aux contraintes particulières à chacun d’entre nous. Au début de cette aventure, entre interrogations sur ce voyage et l’inconnu de ce qui nous attendait, en Inde et au retour, la rupture dans nos activités avec les contraintes financières conséquentes, l’annonce de la grossesse de Séverine, beaucoup de confusion et de doutes nous ont assailli que notre détermination bien arrêtée nous a permis de dominer.

Finalement, le destin ne nous aura pas menés si loin pour rien. D’un premier entretien avec les directeurs de VK, d’une première rencontre animée par une représentation privée des enfants « artistes », nous voilà propulsés et « embarqués » dans une magnifique expérience.

Et dans quel contexte…! Pendant les dix jours de vacances scolaires qu’ils leur restaient, nous avons eu sous notre responsabilité trente cinq enfants. Des enfants et des jeunes de huit à dix huit ans, danseurs et musiciens, membres de la compagnie KALAI MAGAL IYAL ASAI PATTARI, un ensemble créé par VK pour faire connaître ces artistes encore enfants auprès du public. Des enfants auxquels, dans le peu de temps dont nous disposions, nous avions décidé de transmettre le meilleur de nous-mêmes pour qu’ils puissent découvrir à leur tour et exprimer ce qu’ils avaient de plus profond en eux.

Une séance de travail avec les enfants, Laure et Mathieu

Une séance de travail avec les enfants, Laure et Mathieu

Le déroulement

Nous avons décidé de partager notre temps entre les garçons et les filles, entre VK Boys et VK Girls.

Afin de les préparer à la création artistique, la première semaine a été consacrée à la découverte de nos « pratiques artistiques » personnelles et à celle de nos « méthodes de travail ». Et c’est sur la base de leurs réactions, interactions, intérêt et participation, que nous avons mis au point nos différents ateliers.

Puis, pour les semaines suivantes, avec la rentrée scolaire et le peu de disponibilité des enfants, nous avons décidé de passer au travail de création.

Finalement, avec le peu de temps disponible et compte tenu de ce qui pouvait être réalisable, nous avons revu nos aspirations et nos exigences ; nous avons préféré nous concentrer sur VK Boys dans l’objectif d’aboutir à une création artistique et de consacrer seulement une journée par semaine chez VK Girls pour des travaux pratiques.

En Inde, tout peut arriver, rien ne se passe comme prévu…

C’est alors qu’il faut « faire face »…, Et ça passe !!

Une autre séance de travail, avec Laure et Séverine

Une autre séance de travail, avec Laure et Séverine

Notre démarche de travail

Nous avons organisé les groupes de travail en fonction de l’attrait des enfants pour telle ou telle discipline. Nous avons constitué quatre groupes, deux avec les petits, axés sur le cirque et la danse, et deux avec les grands, axés sur des pratiques plus complexes.

Nous animions les ateliers en binôme pour permettre la mise en commun de nos différentes pratiques et méthodes de travail. Notre rôle n’était pas de « chorégraphier », au sens littéral du terme, c’est-à-dire que nous n’avons pas déterminé des figures, des mouvements et scènes chorégraphiques que les enfants auraient eu à reproduire, mais seulement cherché à leur transmettre quelques techniques qu’ils pourront introduire par la suite dans leurs propres danses, avec leur propre sensibilité et leur créativité.

Nous avons voulu leur faire comprendre que la technique n’était qu’un outil au service de leur créativité et de la création ; la technique se partage, s’apprend, mais la créativité s’exprime dans la révélation des individualités par la liberté, la spontanéité et la sensibilité de tous et de chacun.

Les grands garçons posent avant de se produire sur la scène du Visitor's Center d'Auroville

Les grands garçons posent avant de se produire sur la scène du Visitor's Center d'Auroville

Nous avons donc essayé pour cela de créer un espace de liberté à l’intérieur même des ateliers.

Les premières difficultés auxquelles nous avons été confrontés sont apparues dans la gestion de groupe, dans la compréhension de l’objectif visé et dans l’adaptation à notre méthode d’apprentissage. Première contrainte, la langue ; deuxième contrainte, la découverte de quelque chose de nouveau, de différent en termes de modalités d’animation, pour nous-mêmes, mais aussi pour les enfants, bien qu’ils aient été habitués à côtoyer des volontaires étrangers venus animer des ateliers en tout genre et que dans le cadre des ateliers dirigés par les professeurs locaux, ils apprennent et interprètent les techniques des différentes disciplines artistiques.

Tout en maintenant un espace de liberté et d’improvisation, faire émerger l’expression individuelle de chacun tout en gérant le groupe avec autorité, constituait donc pour nous un réel défi. Mais au fil du temps, nous estimons qu’un équilibre a fini par s’établir et que les enfants ont compris, consciemment ou pas, là où nous voulions les conduire.

Ce qui a été créé et réalisé a donc été le résultat d’un travail collectif, fusionnel, d’une interpénétration entre toutes ces expérimentations et tous ces talents. A partir de nos instructions, chacun faisait des propositions pour construire progressivement un projet, jouant avec les différentes techniques, les postures, les formes et les rythmes.

Ainsi, nous considérions-nous plutôt comme des chefs d’orchestre…

Nous aurons pu finalement comptabiliser une dizaine d’heures de travail avec chacun des groupes.

Avec une motivation qui ne s’est jamais « essoufflée » », nous avons « tenu », malgré des conditions de travail pas toujours favorables : absence de salles, pannes d’électricité, absence de quelques enfants, imprévus de dernière minute, chaleur, difficulté pour réunir tous les enfants en même temps, différences de niveaux entre les groupes et donc de besoins en termes de travail…

La création : « BLOOMING – ECLOSION »

Ce nom attribué à l’œuvre réalisée a couvé, puis éclos (comme son nom l’indique) au fur et à mesure du temps passé en atelier et de la maturation de chaque groupe.

Lorsque nous avons dû proposer un nom pour le spectacle que nous préparions, nous nous sommes interrogés : « quels en étaient les points forts et sur quels critères, dans le cadre des travaux faits en atelier, pouvions-nous nous appuyer pour les faire ressortir ?

Ce qui ressortait du travail mené avec les enfants, c’était, dans la diversité des techniques, la part des arts traditionnels ou modernes à introduire dans la création : baratha natyam, danses bollywood, hip hop, contemporain, capoeira, kallaripayet, jonglerie, acrobatie, yoga. Une proposition rendue possible par la motivation, mais aussi par la valorisation de chacun, la révélation, l’éclosion et la stimulation des talents. Des talents se révélant dans la diversité des propositions et dans les sourires des enfants, conscients et témoins de l’éclosion de leur créativité.

L’éclosion, c’est également le commencement, l’ouverture, une fleur qui s’ouvre et se transforme ; qui évolue par le rayonnement de chacun. C’est ce qui était fort dans nos ateliers ; c’est ce qui nous a passionné et retenant toute notre attention a donné une vie et un nom à ce spectacle :

« BLOOMING – ECLOSION"

L’espace du VISITOR CENTER d’Auroville a été choisi comme lieu de représentation pour plusieurs raisons : la beauté des lieux et la correspondance de notre projet avec celui développé à Auroville (inter culturalité, échange, partage, don, nouveauté…), avec le fait, et c’était une première, que la compagnie Kalai Magal Iyal Asai Pattari ne s’y était encore jamais produite.

Juste avant le spectacle...

Juste avant le spectacle...

Cet espace correspondait bien à ce que nous voulions transmettre et à ce que nous avons présenté.

Dans les coulisses du spectacle, nous pouvons révéler aujourd’hui que malgré toutes nos contraintes, les artistes ont fait preuve d’une grande adaptation et de beaucoup de talent. Il faut en effet savoir qu’aucune répétition générale, aucun filage n’ont pu avoir lieu avant la représentation qui auraient pu nous aider, par exemple, à affiner les transitions, tester la musique et les éclairages et mettre au point le final de la création…

Une scène du spectacle "Blooming at Auroville"

Une scène du spectacle "Blooming at Auroville"

Nos jeunes artistes ont donné le meilleur d’eux mêmes et surtout, nous ont fait partager leurs sourires, leur plaisir et leur énergie.

Pour accéder à la vidéo du spectacle, cliquer ICI

Une deuxième représentation a eu lieu par la suite, en interne au sein de VK, pour que tous les pensionnaires puissent profiter du travail de la compagnie et du spectacle.

Pour conclure…

Ce projet aura marqué les esprits et les cœurs... Les compliments sur le travail réalisé, les sourires et les remerciements de la part des enfants, des membres de VK et des spectateurs, ont justifié notre engagement et stimulé notre ardeur.

Enrichis de cette expérience, nous sommes tous repartis avec un grand sentiment de satisfaction. Cet échange aura permis, en effet, de développer les capacités de créativité et d’expression libre des enfants.

Nous avons pu constater l’engagement et l’investissement moral et physique de tous ceux qui ont participé au projet.

Pour certains d’entre eux, ce travail, dont il faut également souligner l’importance, aura permis de valoriser leur individualité, d’augmenter leur propre estime et leur confiance en eux-mêmes, de découvrir leurs propres capacités, de construire et créer différemment, d’être plus libres dans leur Art, car ces jeunes artistes, qui ont osé se dévoiler et qui se sont enrichis par la prise de conscience de leurs propres capacités, ont cette aptitude d’autonomie leur permettant de s’auto-organiser. De véritables artistes!

Les directeurs de VK ont été ravis de cette expérience qui aura permis d’offrir aux jeunes artistes une nouvelle méthode de travail, de leur faire découvrir des nouvelles techniques qu’ils pourront reprendre de manière autonome, telles que la corde, les acrobaties, la jonglerie et même le feu.

Ce spectacle pourra également être reproduit, en dehors de notre présence.

PROJET MEL’INDIA MEL’ARTE chez VUDHAVI KARANGAL

Ce projet a pu être réalisé grâce à la participation financière de l’association Méli Mélo del Mundo (77000, Vaux le Penil, France).

Toute l'équipe du projet Mel'India Mel'Arte tient à remercier l’association Meli Melo del Mundo pour sa participation, son soutien et sa confiance en ce magnifique projet.

Les membres du projet

PROJET MEL’INDIA MEL’ARTE chez VUDHAVI KARANGAL

Séverine SETTIER

Origine française, née le 17/03/1986,résidente au Maroc

Domaines professionnels : Education, Formation et Développement

Pratiques Artistiques : DANSE (hip hop, contemporain, danses africaines), Créations arts plastiques

Fondatrice et Présidente de l’association Méli Mélo del Mundo

PROJET MEL’INDIA MEL’ARTE chez VUDHAVI KARANGAL

Mathieu LAMARCHE

Origine française, né le 23/05/1991

Voyageur

Domaines professionnels : Animation / Cirque

Pratique Artistique : Jonglerie

Membre de l’association Méli Mélo del Mundo

PROJET MEL’INDIA MEL’ARTE chez VUDHAVI KARANGAL

Laure

Origine Française, née le 24/10/1993

Résidente en France

Domaines professionnels : Animation

Pratique Artistique : Danse contemporaine

PROJET MEL’INDIA MEL’ARTE chez VUDHAVI KARANGAL

Antoine GOSSELIN né le 11/06/1987

Domaines professionnels : Paysagisme, vente, restauration, maçonnerie, agriculture

Pratiques artistiques : jonglerie / mise en scène / performance pyrotechnique / sculpture

Membre fondateur de l’association Macadam Zarba

Partager cet article

Repost 0
Les Enfants des rues de Pondichéry