Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 16:27

MaflohéQui sont-ils?

Maflohé Passedouet et Erik Lorré sont deux artistes français qui travaillent dans le domaine des arts numériques: Maflohé est la directrice artistique de la Cie Mobilis-Immobilis (1) qu'elle a fondée il y a 13 ans à Chaville; Erik Lorré est le fondateur de Fées d'Hiver (2), Centre de création d'Arts numériques dans les Hautes-Alpes. Ce duo crée des installations sensibles interactives où le visiteur est au cœur de l'œuvre, des Erikspectacles multimédias où le réel se mélange au virtuel cherchant à rendre visible les invisibles, invente de nouvelles écritures, fait vivre l'onirisme et la magie dans une perception des sens troublée... Mais ils animent aussi des ateliers avec des dispositifs interactifs qu'ils créent pour différents publics: enfants, danseurs professionnels et amateurs, personnes en situation de handicap…

   

AFFICHE

Leur récit:

En janvier dernier, nous avons découvert l'école fabuleuse, Satya Special School (3) que dirige Chitra Shah ainsi que l’orphelinat pour filles et garçons VUDHAVI KARANGAL (4) d'Alice Thomas, grâce à l'association des Enfants des rues de Pondichery, à Michel son président, rencontré juste avant notre départ, et qui nous en avait laissé les contacts.

En effet, partis pour un mois et demi en Inde, pour la 1ere fois, à Pondichery, durant l'hiver 2011/2012, avec l'ambition de créer sur place, de rencontrer l'autre, nous avons embarqué dans nos valises ordinateurs, kinect, cameras… et  dans la poche ces deux précieux contacts. Nous étions déterminés à proposer nos services, nos savoirs faire mais surtout à aller au devant de l'inconnu et à la rencontre des enfants Indiens par le biais d'un médium artistique défiant tout problème de communication.

Mrs Chitra Shah, directrice de SatyaMrs Chitra Shah, directrice de Satya


Les contacts furent pris une fois sur place, pour se rencontrer et proposer des ateliers aux enfants de l'école et de l'orphelinat. Une première rencontre avec Chitra Shah directrice de Satya School fut une magnifique et vraie belle découverte. Chitra nous accorda toute sa matinée pour nous faire visiter les lieux, nous en  expliquer le fonctionnement, nous présenter ses équipes... et les enfants. Ce qui nous étonna au premier abord est le calme qui régnait là, les phrases tout en couleurs, si positives, affichées sur les murs, l'accueil tout en sourires et cette grande politesse (ah les Hello! Good bye ! Thank you..!), les mains tendues, la grande joie sur les visages...et la grande confiance qui nous était accordée pour investir la salle “multimédia” durant une semaine avec deux installations interactives et ludiques dans lesquelles allaient défiler tous les enfants et d'un commun accord les professeurs et encadrants aussi. Ceci pour une expérimentation partagée par tous. Nous avions pris le parti de venir le plus allégés techniquement parlant et autonomes mais il nous manquait toutefois un vidéoprojecteur que Chitra ne tarda pas à nous trouver! Rendez-vous fut pris pour commencer ces ateliers après les fêtes de noël et du jour de l'an.


Le Early Intervention Center ou EICLe Early Intervention Center ou EIC


Mais des évènements, imprévisibles, en décidèrent autrement…

Rien ne s’est passé comme prévu… Et c'est cela l'Inde, m'avait on dit: ”Si tu pars en Inde et si tu as de la patience, tu la perdras, et si tu es impatient, l'Inde t'apprendra la patience!”. Un cyclone violent qui dévasta Pondichéry et sa région en une nuit en coupant toute eau et électricité déjoua donc nos plans.

D'autres priorités furent alors de mise. Réparations multiples, reconstruction de toits, évacuation des rues impraticables, reconstruction des réseaux électriques... Nous fûmes durant 3 semaines amenés à vivre le plus simplement possible, sans électricité, ni eau…

Mais Chitra est une femme extrêmement volontaire et énergique et ne manqua pas de nous rappeler à la vitesse grand V dès que l'électricité fut revenue dans l'école!


Equipement utilisé par Maflohé et ErikEquipement utilisé par Maflohé et Erik


Un chauffeur de l'école vint nous chercher. Nous avons investi une petite salle où nos pouvions faire le noir… Nous avons installé ordinateur et kinect  au sol et le menuisier de l'école nous  fabriqua une petite tablette pour poser le vidéoprojecteur en hauteur afin de projeter nos images sur un des murs.

Puis extrêmement organisés, selon un planning réalisé pour la semaine, les groupes défilèrent dans les deux installations proposées, à tour de rôle. Sur fond de musique (Occidentale d'abord puis très vite Indienne, diffusée par les mamans accompagnatrices des enfants, via leur portables!), par 2, 4 ou plus, les enfants jouèrent le jeu et nous assistâmes à des moments de grande joie, de rires, de cris, de danse, de chant… Enfants avec attèles amenés à  jouer dans l'espace, petits autistes fascinés par leurs ombres virtuelles interactives, petits groupes d'enfants reprenant avec une maitresse tout l'alphabet anglais en dessinant ses lettres avec de la lumière sur le mur…

 

 

 

Parenthèses enchantées, réel intérêt pédagogique et éducatif porté à ce que nos étions venus proposer... Expérience emplie d'émotions et de reconnaissance commune. A tel point que Chitra, à l'issue de nos ateliers, nous demanda comment se procurer ces installations/logiciels. Créations d'Erik, nous avons décidé de les leur donner. Reste encore aujourd'hui à Erik de trouver le temps pour finaliser les installations afin qu'elles puissent fonctionner de façon autonome et les leur faire parvenir.

 

 

 

Nous rencontrâmes aussi quelques jours après Alice Thomas qui nous emmena en mini bus visiter l'orphelinat de garçons puis celui des filles. Quelles magnifiques visions nous avons eues... De voir s'élancer une centaine de garçons en culottes courtes vers elle, dès son arrivée, en criant maman ! et voulant la câliner… Nous visitâmes les bâtiments, conduits par l'un des ainés... mais le cyclone passé par là avait fait pas mal de dégâts et notamment avait détruit tous les instruments de musique des enfants, de nombreuses vitres etc. Peu de place et de marge de manœuvre nous restaient pour proposer nos ateliers comme nous l’avions espéré. L'heure étant de toute façon consacrée prioritairement à la reconstruction de l’essentiel... Notre visite s'acheva à T.N. Palayam, dans la villa des filles; des filles si joliment habillées, polies, heureuses, malicieuses, qui nous emmenèrent main dans la main nous faire visiter les coins et recoins de leur maison…et qui ne souhaitaient plus nous voir partir. J'aurais aimé rester avec elles…oh que oui!


Alice Thomas et son mari responsables de VUDHAVI KARANGALAlice Thomas et son mari responsables de VUDHAVI KARANGAL


Notre voyage s'est achevé, avec ce goût ...d'inachevé, avec l'envie certaine de revenir à Pondichéry… et cette espèce d'assurance de revoir un jour ceux que nous n'avions que commencé à rencontrer... 

Maflohé*

(1) www.mobilisimmobilis.com

(2) www.feesdhiver.fr

(3) SATYA SPECIAL SCHOOL, centre de rééducation pour enfants handicapés mentaux, partenaire de ENFANTS DES RUES DE PONDICHERY.

(4) Principal partenaire de ENFANTS DES RUES DE PONDICHERY.

 

Partager cet article

Repost 0
Les Enfants des rues de Pondichéry - dans Toute l'actu de SATYA SPECIAL SCHOOL