Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 14:50

Voici donc le message de Céline D. et de Marie Ch., illustré par leurs photos.

 

Bonjour à tous,

Chose promise chose due, c'est avec émotion que je vous transmets les notes de ma cousine Céline pour vous tous qui avez soutenu et participé à ce merveilleux projet, ce sera un peu long, mais si beau. Installez vous confortablement et profitez pleinement de ce beau moment de partage, c'est POUR VOUS.

Je vous invite à cliquer sur les photos, il y en aura 30, pour les voir en grand.

 L'Orphelinat VUDHAVI KARANGAL de Pondichéry (dans l’état du Tamil Nadu en Inde du Sud)

 C’est notre 6ème jour en Inde, il nous tarde d’alléger nos valises remplies de cadeaux, au gramme près, depuis des semaines déjà ! Le rendez-vous est donné ce dimanche 22 septembre à 14h à la maison d’Alice, en plein cœur de Pondichéry.

C’est Alain C., un expatrié français, qui nous servira de guide cet après-midi: une mine d’informations, vu le nombre de questions que nous lui avons posées!

C’est  Maran, le mari d’Alice, qui nous conduira aux deux orphelinats. Un homme extraordinaire.

 14h30 : 1er arrêt, nous sommes à l’orphelinat des filles, en pleine campagne.

Il  y a 50 filles, le jour de notre visite, de 3 à 20 ans.

Alain nous explique leur quotidien pendant la visite complète des locaux (cuisine, chambres, salles communes) et des extérieurs aussi.

On revient sur nos pas …et là, surprise!! Les filles sont en train de répéter danses et chants traditionnels, sous l’œil correcteur de Maran.

 La culture est très importante pour Maran et Alice; les enfants ont donc quotidiennement des activités artistiques qui reflètent leurs racines. Nous profitons bien entendu de ce beau moment. Quels talents!

Une collation nous est offerte en plus du thé Chaï (hé oui, quand on vous propose à boire, il y a aussi quelque chose à manger, c’est comme ça là-bas!).

Derrière les filles, de jolis paniers sont exposés, ce sont elles mêmes qui les tressent, mais on nous explique, qu’ils n’arrivent pas bien à les vendre pour le moment.

Maran a souhaité nous en offrir, mais nous ne pouvions accepter, nous leur en avons acheté afin de les aider, ils sont magnifiques, pleins de couleurs. Quand je fais mes courses chaque jour, une petite pensée pour elles s’envole là-bas!

 

Après le spectacle des filles, nous vidons enfin nos valises contenant nos dons, tant attendus. La table prévue à cet effet est pleine, Alain n’en revient pas!  

 

Tout est bien arrivé à bon port, il ne leur reste plus qu’à tout déballer et découvrir ce que contiennent toutes ces valises. Nous on le sait déjà!

 Une petite précision, tout n'était pas sur la table !! Les sacs étaient déposés par terre, seules les fournitures ont été mises sur la table pour faciliter le tri. 60 kg en tout.

 

 Arrive l’heure du départ, nous faisons une photo souvenir avec les filles dans leur cour intérieure.

Allez, on ravale les larmes et en voiture!

  10

     

 

 

 

 

 

 

16h00: nous partons chez les garçons, installés à la sortie de la ville, au bord d’un fleuve.

 11

       Il y a 114 garçons ce jour-là, âgés eux aussi de 3 à 25 ans. Nous arrivons dans une grande cour intérieure, le cœur de l’orphelinat. Autour de celle-ci, la vie s’organise avec plusieurs bâtiments:

 12

       Le bâtiment principal, avec le réfectoire en rez-de-chaussée, qui sert aussi de salle commune en dehors des repas,

  13

  les dortoirs sur 2 étages (dont une pièce avec les espaces de rangement de chacun et quelques lits pour ceux qui ont en besoin lorsqu’ils sont malades),

 14

la terrasse où de nombreux fils soutiennent le linge qui sèche au vent.

         15

  La cuisine, endroit incroyable, avec des grosses gamelles pour faire à manger chaque jour pour tous,

  16

  Pas de gazinière ou cuisinière, ici on cuisine sur des fourneaux de briques.

    17

  La salle de musique au-dessus de la cuisine, où de nombreux instruments nous sont montrés (dont certains typiques et anciens).

    18

 

19

 Le préau, avec des espaces pour les enfants. Ce jour-là, c’était cours de dessin (certains ont beaucoup de talent).

     20

      

  21

 Dans le prolongement du préau, des ateliers de couture, menuiserie, électricité….les garçons rénovent des meubles récupérés qui viendront meubler où cela sera nécessaire.

       

  22

   23

 La cour elle-même est un lieu de vie; en son centre, les enfants jouent au ballon, au badminton,

24

 

25

Ce sont souvent les plus grands, et sur le côté, des jeux de balançoire, toboggan ou encore un tourniquet pour les plus petits.

26

 

27

Deux bâtiments sont en cours de construction (en fonction des dons reçus, les travaux avancent ou pas!): un pour pouvoir augmenter la capacité d’accueil et un autre (juste à l’extérieur) pour installer les plus grands qui deviennent autonomes et qui vont travailler à l’extérieur en journée.

 28

Comme je vous l’ai dit plus haut, la culture et l’art sont très présents dans le quotidien des enfants. Des cours de danse, chant, yoga, dessin leur sont dispensés régulièrement en plus de leur activité scolaire. Enfin, chacun participe à la vie commune comme il le peut (aide au repas, à la propreté des lieux, ou encore comme le jour de notre visite où un grand coupait les cheveux des petits)

 29

 

18h00: nous repartons vers notre point de départ, ravies de notre mission accomplie, remplies de tous ces beaux visages vus ce jour-là.

 

Soulagées aussi de voir que les enfants sont heureux dans cet endroit, y apprenant la vie qui les attend au dehors, plus tard.

 

Ces enfants, c’est TOUTE la vie d’Alice et Maran, qui se battent chaque jour pour obtenir de l’aide financière ou matérielle.

 

Les enfants quittent l’orphelinat lorsqu’ils sont autonomes financièrement et qu’ils s’installent par le mariage à une vie à deux (plusieurs mariages ont été célébrés à l’orphelinat, dont certains sont des mariages d’amour!!!).

 

Alice et Maran ont toujours des projets en cours, le dernier en date est la création d’un atelier de couture chez les filles, où les filles de l’extérieur pourraient aussi venir acquérir une compétence.

 

L’achat d’un nouveau bus est projeté également.

  30

 

Il existe un moyen de parrainer, mais l’on ne parraine pas un enfant en particulier mais tout l’orphelinat lui-même, par un don (régulier ou pas).

 

  Pour finir, j’ai envie de vous adresser encore un ÉNORME MERCI à chacun, sans qui cette collecte n’aurait pas eu un tel succès!

 

  Ensemble, nous pouvons faire de belles choses!

NAMASKAR!!

Partager cet article

Repost 0
Les Enfants des rues de Pondichéry - dans Toute l'actu de VUDHAVI KARANGAL